Jun 26, 2017

[Suède] Les fleurs d'Hiroshima.


La quatrième de couverture.
Yuka a 30 ans. Elle et sa famille ont survécu à la bombe jetée sur Hiroshima quinze ans avant le début de cette histoire. Yuka fera tout pour que sa famille et ses proches aient une vie normale, même à l'arrivée de ce jeune Américain qui lui loue une chambre et qui a la joie de l'innocence.

C'est l'histoire simple de gens incapables d'oublier, mais qui font preuve du courage immense des rescapés et des sacrifiés : celui de cacher au reste du monde leurs souffrances.

Avis.
J'adore les livres qui parlent de Hiroshima et de Nagasaki : j'ai les larmes aux yeux à chaque fois.
Tout d'abord, la préface nous recontextualise ce qu'il s'est passé et toutes les conséquences sur les personnes (même quinze ans après).
Ensuite, l'histoire est magnifique : j'ai apprécié voir comment Yuka tente de cacher la dure vérité à son hôte, Sam, venu des États-Unis. Le regard de Sam évolue tout au long de ses pages mais pas comme Yuka le pensait : il se rend compte de ce qui a été enduré et semble vouloir guérir les malades.

Seulement, le gros point négatif est tous ces termes japonais très mal orthographié en romaji. C'est, malgré tout, une très belle histoire que j'ai apprécié découvrir.  

Edita Morris / J'ai lu / 2000 / 126 pages.

No comments :

Post a Comment