Jun 29, 2017

[Japon] Ecoute le chant du vent, suivi de Flipper, 1973.


La quatrième de couverture.
Le Japon des années 1970, des êtres mélancoliques aux amours suspendues, une solitude éprise de philosophie et de musique, et cette étrangeté rêveuse, teintée d'énigme, de poésie : Murakami était déjà Murakami. Longtemps inédits, ses deux premiers romans « écrits sur la table de la cuisine » initient la « trilogie du Rat », que clôt La course au mouton sauvage. Précédés d'une préface du maître qui en révèle la genèse, d'une fraîcheur singulière, envoûtante, ils offrent un précieux et passionnant miroir de l’œuvre à venir. La naissance d'un écrivain unique.

Avis.
Adoratrice de Murakami Haruki, je ne pouvais pas passer devant cette réédition des éditions 10/18.

J'ai beaucoup aimé la préface qui nous explique comment l'auteur s'est tourné vers l'écriture.
Pour Ecoute le chant du vent, j'ai été surprise d'apprendre qu'elle avait été écrite d'abord en anglais, puis traduite en japonais par Murakami, pour pouvoir trouver son propre style.
Dans Flipper, 1973, j'ai trouver un peu dommage que le thème principal (les flippers) ne soit vraiment aborder qu'à la fin.

Dans ces deux romans, je n'ai pas complètement retrouver l'univers étrange habituel. Néanmoins, ce sont de très belles nouvelles pour découvrir les débuts d'un très grand écrivain.

Murakami Haruki / 10/18 / 2017 / 312 pages.

No comments :

Post a Comment