Mar 20, 2017

[Allemagne] Ondine.


La quatrième de couverture.
Quel poème merveilleux et charmant que l'Ondine ! Ce poème est lui-même un baiser ; le génie de la poésie embrassa le printemps endormi, et celui-ci ouvrit les yeux en souriant, et toutes les roses embaumèrent et tous les rossignols chantèrent, et ce que les roses ont embaumé et ce que les rossignols ont chanté, notre excellent Fouqué sut l'exprimer en l'appelant Ondine.
Heinrich Heine.

Avis.
Je ne connaissais pas le mythe de l'Ondine ; je connaissais ceux qui s'en rapprochent : la petite sirène, Morgane, les filles du Rhin.

J'ai beaucoup aimé ce conte, l'ambiance médiévale va bien avec l'histoire d'Ondine. Cette dernière est un beau personnage, elle est un peu impertinent mais j'ai su apprécié ce personnage.
On retrouve bien dans ce conte le mouvement romantisme avec la plume de l'auteur ; c'est poétique et on a quelques fois des références à l'Antiquité. Tout cela forme une très belle histoire.

C'est donc un beau conte, que je pourrais peut-être relire de temps en temps.

La Motte-Fouqué / Rivages / Poche - Petite Bibliothèque / 2011 / 186 pages.

1 comment :

  1. Par contre le conte me tente plus que la pièce avec tes avis :)

    ReplyDelete