Dec 22, 2016

[France] Le quatrième mur.


La quatrième de couverture.
"L'idée de Samuel était belle et folle : monter l'Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth. Voler deux heures à la guerre, en prélevant dans chaque camps, un fils ou une fille pour en faire des acteurs. Puis rassembler ces ennemis sur une scène de fortune, entre cour détruite et jardin saccagé..."
Samuel était grec. Juif, aussi. Mon frère en quelque sorte. Un jour, il m'a demandé de participer à cette trêve poétique. Il me l'a fait promettre, à moi, le petit théâtreux de patronage. Et je lui ai dit oui. Je suis allé à Beyrouth le 10 février 1982, main tendue à la paix. Avant que la guerre ne m'offre brutalement la sienne...

Avis.
J'ai lu ce roman dans le cadre du club de lecture du lycée. L'idée de reprendre l'Antigone d'Anouilh me plaisait beaucoup. L'histoire est plutôt bien écrite, j'ai aimé l'écriture de Sorj Chalandon. Malheureusement, c'est bien la seule chose que j'ai aimé.
Je n'ai pas aimé le personnage principal, j'ai eu l'impression que c'était une brute avec tout le monde. Mais j'ai bien aimé le personnage de Samuel, il était plus ou moins pacifiste. L'idée de Samuel aurait pu faire une très belle histoire mais ce ne fût pas le cas.

Il y a un beau fond pour l'histoire mais je ne l'ai pas trouvé assez exploité. C'est dommage.

Sorj Chalandon / Grasset / 2013 / 336 pages.

No comments :

Post a Comment