Mar 27, 2017

[Etats-Unis] Fahrenheit 451.


La quatrième de couverture.
451 degrés Fahrenheit représente la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume.
Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif.
Le pompier Montag se met pourtant à rêver d'un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l'imagination au profit d'un bonheur immédiatement consommable. Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé.

Avis.
La première fois que j'ai lu ce livre était pour les TPE sur les pompiers de Manhattan lors du 11 septembre.. Mon professeur m'avait dit : « Lisez-le, il rentre dans votre sujet. ». Oui, oui. Il n'y a aucun lien, vraiment aucun mais ce n'est pas grave.
Je relis donc ce livre pour mon cours de littérature générale et comparée. Le sujet étant « A quoi sert la littérature ? », le livre rentre parfaitement.

Néanmoins, ce ne fût de nouveau pas une réussite. Pour un livre de science-fiction, je n'en ai pas vraiment vu.. à part un futur où on change le sang d'une personne comme si c'était normal et où une espèce de chien-araignée en ferraille règne sur la caserne. De plus, c'est un livre sans saveur, il n'y a aucun action (triste pour de la SF) : même la fin n'est pas rehaussée par rapport au reste de l'histoire.
Le rythme est lent, ennuyeux.

Concernant les personnages, ils étaient tous plus plats les uns que les autres.. Les personnages féminins, dont la femme de Montag, parlaient d'une manière incompréhensible. Quant à Montag, il est soumis à son chef de caserne et à un autre homme qui « a le même rêve que lui » : il ne prend aucune initiative, et surtout pas à la fin.
Ils n'ont aucune personnalité, c'est triste.

En somme, c'est une déception mais pas chance, c'est un roman qui se lit rapidement (sûrement pour passer rapidement à quelque chose de plus intéressant).

Ray Bradbury / Folio / SF / 2016 / 236 pages.

3 comments :

  1. Contrairement à toi j'ai bien aimé ce livre, je découvre l'univers de la SF, notamment avec Ravage de Barjavel et je dois avouer que Fahrenheit 451 m'a pas mal plu. Bon j'avais que j'ai abandonné une 1ere fois la lecture, mais je me suis laissée prendre au jeu de ces pompiers un peu particulier. J'ai trouvé que le livre amené une réflexion sur le savoir et le maintient de ce savoir à travers les livres :)

    ReplyDelete
  2. Pour ma part, j'avais bien aimé ce roman dans sa globalité :)

    ReplyDelete
  3. je n'avais pas accroché avec ce livre.

    ReplyDelete