Feb 20, 2016

[Japon] Les années douces.


La quatrième de couverture.
Tsukiko croise par hasard, dans le café où elle va boire un verre tous les soirs après son travail, son ancien professeur de japonais. Et c'est insensiblement, presque à leur cœur défendant, qu'au fil des rencontres les liens se resserrent entre eux. La cueillette des champignons. Les poussins achetés au marché. La fête des fleurs. Les vingt-deux étoiles d'une nuit d'automne... Ces histoires sont tellement simples qu'il est difficile e dire pourquoi on ne peut les quitter. Peut-être est-ce l'air du bonheur qu'on y respire, celui des choses non pas ordinaires, mais si ténues qu'elles se volatilisent quand on essaie de les toucher. Ce livre agit comme un charme, il capte en plein vol la douceur de la vie avant qu'elle ne s'enfuie.

Avis.
Je crois que jamais je n'ai autant adoré un roman japonais. Dans Les Années Douces, on suit les différentes rencontres entre Tsukiko et son ancien professeur "le maître" à travers ce qui ressemble à des nouvelles. Chacun de ces récits nous parle de la nature, des traditions japonaises, "du temps qui passe". A travers ces petites histoires, on remarque les sentiments qui émergent de nos deux protagonistes, même si on ne sait pas au début quelle est leur relation.
Comme dans chaque livre japonais que j'ai lu, j'ai retrouvé toute la poésie et la sobriété qui y est mis. L'auteure nous montre aussi la différence de mentalité envers les gens à travers son livre.

Finalement, je suis sous le charme de ce roman et de l'écriture de Kawakami Hiromi ! Peut-être que je lirai un autre de ses romans mais pas tout de suite.

Kawakami Hiromi / Philippe Picquier / Philippe Picquier / 2005 / 284 pages.

1 comment :